Menu
Aurélie

Aurélie

Aurélie Dos Santos - Chef de projet NSK Rendez-Vous Grenoble

aurelie.dos-santos@ccc-grenoble.fr

Website URL: http://www.nskrendezvous.fr
  • Published in Le Blog

L'envers d'une affiche

L'envers d'une affiche

NSK Rendez-Vous Grenoble : 3e édition par Valnoir

Le visuel officiel de cette nouvelle édition du NSK Rendez-Vous Grenoble est, une nouvelle fois, réalisé par le designer Valnoir. Ce dernier puise son inspiration chez John Heartfield dans la plus pure tradition des détournements du NSK. A la fois intelligente et subversive, l'affiche illustre les années sombres de la Bosnie-Herzégovine, survenues avec le démembrement de la Yougoslavie et la folie des hommes - notamment à travers la figure de Ratko Mladić -, un des thèmes principaux du nouveau NSK Rendez-Vous Grenoble. Décryptage.

Mladić, le boucher des Balkans

Difficile de parler du siège de Sarajevo et de la guerre civile en Bosnie-Herzégovine dans les années 90 sans évoquer la figure de Ratko Mladić, condamné à la prison à perpétuité pour crime de guerre, crimes contre l'humanité et génocide en 2017.
Militaire de carrière, Mladić est nommé commandant de la JNA (Armée populaire Yougoslave) en 1991. Entre 1992 et 1996, il sera l'un des principaux belligérants de l'armée paramilitaire Serbe de Bosnie, sous les ordres de Radovan Karadžić et Slobodan Milošević, et le tortionnaire de siège de Sarajevo et du massacre de Srebrenica en Bosnie.

2011 05 26T104113Z 32917228 GM1DSUHYVPAA RTRMADP 3 SERBIA WARCRIMES 0

Ratko Mladić et Radovan Karadžić, les bouchers des Balkans.

"Tirez ! Tirez sans arrêt ! Tirez sur Baščaršija ! Vous m’avez compris ? Il faut les rendre fous." L'ordre que Mladić donne à ses hommes au début du siège de Sarajevo, après les manifestations pacifistes qui se terminent sur des tirs de snipers sur la foule, donnent froid dans le dos. Ils dénotent de la stratégie du commandant des forces Serbes de Bosnie. La population serbe dispersée en Yougoslavie récuse farouchement l'indépendance de la République de Bosnie-Herzégovine, région la plus métissée de la fédération yougoslave, de peur de vivre de nouveau le traumatisme de la seconde guerre mondiale où la Croatie, alors sous domination oustachi alliée au nazis, pratiquait le nettoyage ethnique systématique des population serbes en Croatie et en Bosnie au début des années 40.

Car Sarajevo, la multiculturelle, refuse de céder aux chants des sirènes du nationalisme. Pilloner la ville, rendre folle sa population prostrée, tirer à l'aveugle sur les civils - sans épargner les citoyens de serbes de Sarajevo, eux aussi victimes du siège - seront le cercueil de la Yougoslavie et le plan de guerre de Karadžić et Mladić. Un sombre dessein qui leur vaudra à tous les deux le surnom de "Bouchers des Balkans".

58263581

Incendie du parlement de Sarajevo.

Le sanguinaire Mladić illustre l'affiche du NSK Rendez-Vous Grenoble, un tablier et un hachoir de boucher à la main. Derrière lui, le parlement de Sarajevo est en feu. Une des images les plus fortes du siège qui durera 3 ans, 8 mois et 9 jours. Sarajevo, blessée dans sa chair, survit tout en conservant les stigmates de la guerre près de 25 ans après la fin du siège.

"Utiliser la photographie comme une arme"

S'il est un autre boucher tristement célèbre, c'est Hermann Göring, fondateur de la Gestapo et commandant en chef de la Luftwaffe sous le drapeau Nazi.
Dans la nuit du 27 au 28 février 1933, le Reichstag - parlement allemand - est volontairement incendié. Göring accuse les communistes de cet acte criminel et s'en sert comme objet de propagande, débouchant sur le massacre de nombreux civils innocents et les premières déportations vers les camps de concentration. Pourtant, la thèse désignant Göring comme responsable et/ou complice de l'incendie du Reichstag est toujours d'actualité.

Depuis 1924, l'artiste John Heartfield travaille en tant que designer graphique au magazine communiste Arbeiter Illustrierte Zeitung - AIZ, Journal illustré des Travailleurs. Heartfield est un artiste issu du mouvement Dada, profondément antifasciste et antinazi. Il n'aura de cesse de s'attaquer à la propagande totalitaire du IIIe Reich par ses photomontages, dénonçant la montée du nationalisme et se moquant du nazisme par son travail d'artiste engagé.

page 11

Göring, le boucher du IIIe Reich, John Heartfield, AIZ, 1933.

Son photomontage en couverture de AIZ, en 1933, agrémenté du titre Göring, le Boucher du IIIe Reich reste un monument de l'histoire de l'Art. Il est aujourd'hui exposé à l'Académie des Arts de Berlin. En arrière plan, le Reichstag est détruit par les flammes et, derrière cette caricature virulence, se lit la dénonciation sans équivoque des atrocités et du mensonge des nazis.

C'est cette oeuvre que Valnoir a décidé de prendre, avec une intelligence et une ironie mordante, comme inspiration pour l'affiche du NSK Rendez-Vous Grenoble afin d'illustrer formellement et idéologiquement le parallèle entre Göring et Mladić, le Reichstag et le parlement de Sarajevo, l'engagement artistique et la propagande totalitaire.

John Heartfield est une des principales inspirations du travail des artistes du NSK. Qu'il s'agisse du photomontage "Sang et fer", de "La main a 5 doigts" ou encore "Mimétisme" où Joseph Goebbels affluble Hitler de la barbe de Karl Marx, les artistes du NSK évoquent et détournent souvent Heartfield. Le NSK multiple les références artistiques, politiques et idéologiques dans leur travail.

Quoi de plus naturel alors que d'invoquer Heartfield au NSK Rendez-Vous Grenoble grâce à la patte incontournable de Valnoir...

Jettez donc un oeil au travail sans concession de Valnoir, invité lors de la précédente édition en octobre dernier pour son exposition Liberation Days ainsi que sur son site web.

montage heartfield

Photomontages de John Heartfield souvent détournés dans les travaux du NSK.
Mimikry (Mimétisme), 1934 - 5 Finger hat Die Hand, 1928 - Blut und Eisen, 1934.

 

0
0
0
s2smodern

Coup de projo sur le Ciné-Club de Grenoble

Le Ciné-Club : 51 ans de passion du cinéma

En porteur de projet du NSK Rendez-Vous Grenoble, Le Ciné-Club de Grenoble accueille Ugis Olte et son documentaire culte Liberation Day sur l'organisation du premier concert de rock à Pyongyang, Corée du Nord, par Laibach chapeauté par le metteur en scène et co-réalisateur norvégien Morten Traavik, le samedi 13 octobre au Cinéma Juliet Berto.

13237768 1693314970918713 3593324241955725464 n

Les invités devant le Cinéma Juliet Berto pour la projection de Predictions of Fire lors du premier NSK Rendez-Vous Grenoble, mai 2016.

Oui, il s'agit bien du Ciné-Club de Grenoble et non la Cinémathèque même si les deux associations projettent dans la même salle, le Cinéma Juliet Berto.
Juliet Berto, c'est cette actrice et réalisatrice grenobloise partie trop jeune et à laquelle la salle de cinéma rend hommage. Vous l'avez surement croisée au détour d'un Godard, d'un Rivette ou d'un Miller.

Un peu d'histoire

Le Centre Culturel Cinématographique est fondé le 21 février 1967. Les membres fondateurs veulent, à travers cette association (de type loi 1901) «promouvoir la culture populaire et l'éducation permanente en s'inspirant de l'idéal laïc» : la plupart venant de l'enseignement, on peut comprendre un tel postulat. Rebaptisé "Le Ciné Club de Grenoble" en 2015, l'association programme une sélection annuelle de films riche et variée en terme de styles (fiction, documentaire, court métrage) à provenance internationale. Le Ciné-Club met en avant la découverte ou redécouverte de films cultes tout celles comme de bijoux inconnus.

Chaque séance se poursuit sur une discussion ou une rencontre avec le public.

Rencontre avec Aurélie Dos Santos, déléguée au projet NSK Rendez-Vous Grenoble.

 

Entretien

 

 

NSK Rendez-Vous Grenoble (NSK RDV) : Qu'est-ce que le NSK représente pour toi?

Aurélie Dos Santos (ADS) : Le NSK, c'est pour moi une passion, une utopie et une rupture dans l'histoire de l'art. J'ai découvert le NSK, il y a une vingtaine d'année, et comme beaucoup de monde, je pense, j'ai été un peu interloquée par ce que je lisais et j'entendais. Et il y a quelques années, en revenant sur le groupe Laibach, j'ai découvert toute la nébuleuse du NSK. Je me suis prise de passion pour ce mouvement qui reste très important dans l'histoire de l'art, qui ouvre aussi une porte sur les Balkans et l'ex-Yougoslavie et que j'ai envie de partager avec les autres.

NSK RDV : Quelle est ton implication dans le NSK Rendez-Vous Grenoble?

ADS : Je suis déléguée du festival NSK Rendez-Vous Grenoble. Je monte le projet avec le Ciné-Club de Grenoble ainsi que tous les partenaires qui nous ont rejoints : la galerie Showcase, la galerie Unpass, l'Ecole des Beaux Arts de Grenoble (ESAD), la Maison de l'International. Mon implication, c'est de coordonner la direction artistique, le contact avec les invités... toute la genèse de ce projet.

NSK RDV : Quel membre du NSK souhaiterais-tu rencontrer?

ADS : Il se trouve qu'aujourd'hui je connais certains artistes du NSK, puisqu'il y a deux ans, nous avions invité Roman Uranjek. Depuis, je connais pas mal d'artistes du mouvement notamment ceux d'IRWIN. Cette année, nous recevons Andrej Savski qui est le seul artiste que je ne connais pas encore. Je suis très fière de l'acceullir et j'ai vraiment hâte de le rencontrer. Après, j'aimerais vraiment rencontrer Ivan Novak et tous les artistes de Laibach. Donc si quelqu'un à Grenoble nous entend, sachez qu'il serait très intéressant - et nous sommes absolument partants à vous aider - de programmer Laibach dans une salle. N'hésitez pas à nous contacter et rejoignez-nous !

NSK RDV : Qu'attends-tu du NSK Rendez-Vous Grenoble?

ADS : Pouvoir partager avec le plus grand nombre de grenoblois - et j'espère aussi en dehors de Grenoble - cet évènement. J'attends qu'à Grenoble, on continue à organiser des évènements pluridisciplinaires, à inviter des artistes étrangers, qu'on découvre des cultures internationales et européennes. J'espère que cet évènement poursuivra ce qu'on a commencé en 2016 avec le premier NSK Rendez-Vous Grenoble et sera la confirmation de nouveaux rendez-vous à venir dans les prochaines années... Et, j'aimerais, un jour, pouvoir acceuillir la biennale du NSK Folk Art à Grenoble. Voilà ce que j'attends de cet évènement et j'espère que vous serez nombreux à nous rejoindre.

0
0
0
s2smodern

Unpass, incubateur à énergies créatives

De l'outsider art au coeur de Grenoble

Nichée dans une impasse à peine cachée aux yeux des curieux, la galerie Unpass a réouvert ses portes pour inaugurer la nouvelle exposition de Jadikan, le light-painter grenoblois, en mai dernier.

Nouveau lieu de l'outsider art grenoblois, Unpass se définit comme un "incubateur à énergies créatives". Mais c'est également une association loi 1901 qui propose de sortir des sentiers battus de la pratique artistique locale en invitant des artistes extérieurs à Grenoble donc la démarche dénotte des lieux d'exposition courants.

Le 12 octobre 2018, Unpass inaugure la première exposition du designer Valnoir à Grenoble. Une exposition inédite et sulfureuse dans le cadre du NSK Rendez-Vous Grenoble que l'artiste a construit autour de ces différents voyages et collaborations avec Laibach, Morten Traavik (co-réalisateur du film Liberation Day) et la Corée du Nord.

Nous avons rencontré Olga Gorbouchine, présidente de l'association Unpass, pour nous livrer quelques mots sur sa vision du mouvement NSK, du NSK Rendez-Vous Grenoble et plus si affinitées.

 Entretien

 

 

 

 

NSK Rendez-Vous Grenoble (NSK RDV) : Qu'est-ce que le NSK représente pour toi ?

Olga Gorbouchine (O.G.) : J'ai essentiellement rencontré le NSK par le biais de la musique, par le groupe Laibach. A la suite de recherches, j'ai découvert le mouvement artistique du NSK et de ces acteurs, ces différentes manières de contribuer et cela m'a énormément plu, intriguée et donner l'envie d'y participer.

 

NSK RDV : Quelle est ton implication dans le projet NSK Rendez-Vous Grenoble?

O.G. : Je gère Unpass, une association dite comme "incubateur à énergies créatives" où j'organise 4 expos par an. Le NSK Rendez-Vous fera une exposition à Unpass, au 4 impasse du Four.

NSK RDV : Qu'est ce qui motive ta participation au NSK Rendez-Vous Grenoble?

O.G. : Ma principale motivation à ce projet, c'est justement d'apprendre, de connaître de nouvelles techniques, découvrir de nouveaux artistes et partager cela par le biais d'Unpass au plus grand nombre.

NSK RDV : Quel artiste du NSK souhaiterais-tu rencontrer?

O.G. : Les artistes du NSK sont vraiment multiples, il y aurait beaucoup à rencontrer. Les artistes d'IRWIN pour toute la partie graphique, plastique... mais c'est vrai qu'en ayant découvert le mouvement par la musique, Laibach serait, pour moi, intéressant à rencontrer pour... la découverte? (sourire)

NSK RDV : Qu'attends-tu du festival?

O.G. : Pour ce NSK Rendez-Vous (Grenoble), j'attends une ouverture sur les différents types d'expression artistique, les différentes nationalités artistiques qui ne sont pas forcément les plus connues - slovènes, ce n'est pas ce qui court le plus les rues, aujourd'hui, à Grenoble. Donc, c'est de faire découvrir au plus grand nombre et le mieux possible.

 Retrouvez toutes les actu de la galerie Unpass dès la rentrée sur son site web.

0
0
0
s2smodern

Dimanche 14 Octobre

Brunch de clôture

Où? : Maison de l'International de Grenoble - Hall d'honneur
Quand? : TBA

Accès uniquement avec le Pass NSK Rendez-Vous Grenoble (places limitées) !

 americancornergrenoble2

Afin de clôturer le festival en beauté, le NSK Rendez-Vous Grenoble vous invite à un brunch dans le Hall d'Honneur de la Maison de l'International autour d'un buffet de choix. Vous pourrez rencontrer et discuter avec tous les invités du NSK Rendez-Vous Grenoble, Ugis Olte, Valnoir et Andrej Savski et les associations qui nous accompagnent pendant toute la durée de l'évènement.

Ce sera également l'occasion de vous présenter en avant-première, le premier montage de Sarajevo State in Time, documentaire de Théo Meurisse et Benjamin Jung sur la venue du NSK State in Time à Sarajevo pendant le siège de la capitale bosnienne durant les guerres des Balkans.

L'activité est uniquement disponible via le Pass NSK Rendez-Vous Grenoble qui vous donnera accès à tous les autres temps forts du festival plus un exemplaire du projet éditorial de Kasemate spécial NSK Rendez-Vous Grenoble qui regroupent plusieurs textes fondateurs d'IRWIN, New Collectivism et Departement of Pure and Applied Philosophy, pour la première fois traduits en français, et d'autres cadeaux.

NSK State Sarajevo

NSK State in Time à Sarajevo en 1995 durant le siège de la ville. Crédit photo : Zoran Kantic

Sarajevo State in Time

SARAJEVO : STATE IN TIME - A story of Laibach & NSK
Film documentaire de Théo Meurisse & Benjamin Jung - 52 min


Siège de Sarajevo, Bosnie-Herzégovine, 1995.
Cela fait trois ans que les habitants vivent au rythme des explosions et des tirs de sniper. Alors que nombreux sont ceux qui prennent les armes, une autre forme de résistance se met en place : la culture permet aux habitants d’affirmer leur humanité.
Le temps d’un concert, d’une pièce de théâtre ou d’un film, ils oublient l’isolement, le bruit des bombes et les restrictions alimentaires. C’est dans ce climat d’urgence humanitaire et artistique que Laibach et les artistes du NSK traversent l’ex-Yougoslavie en flammes jusqu’à Sarajevo. Ils proclament la ville territoire de l’État NSK dans le temps.

SARAJEVO : STATE IN TIME donne la parole à ceux qui ont écrit ce pan de l’histoire et à ceux qui ont vécu l’événement, considéré aujourd’hui comme un des plus importants du siège.

Le film sera présenté pour la première fois en avant-première au NSK Rendez-Vous Grenoble dans une version non définitive.

 41328253 335490480528010 177409692950069248 n

0
0
0
s2smodern

Samedi 13 Octobre

Liberation Day

Un film d'Ugis Olte et Morten Traavik (Lettonie/Norvège)

Suivi d'un débat avec le réalisateur Ugis Olte et Valnoir

Où? : Cinéma Juliet Berto
Quand?
Ouverture de la buvette à 19h
Séance à 20h
Billetterie : disponible dans le Pass NSK Rendez-Vous Grenoble ou
sur place pour l'activité seule (adhésion Ciné-Club de Grenoble + entrée comprise : 7€/12€)

1. tor jorund f pedersen 4 h 2017
Laibach in Pyongyang, Corée du Nord. Crédits photo : Jørund F. Pedersen

Le film sur l'organisation du premier concert de rock en Corée du Nord pour la première fois à Grenoble en présence du réalisateur Ugis Olte.

Pour fêter les 70 ans de l'indépendance de la République Populaire de Corée du Nord, le gouvernement invite le groupe d'art pop culte et subversif Laibach, signé sur le label Mute Records, à se produire sur scène par l'entremise de l'artiste norvégien Morten Traavik. Tout un programme !

En août 2015, Laibach, Morten Traavik, Ugis Olte et leur équipe embarquent pour Pyongyang afin d'y préparer le premier concert de rock occidental de toute l'histoire de la Corée du Nord. Mais rien ne va se passer comme prévu. Une épopée ubuesque, absurde et rock'n'roll dans le pays le plus fermé du monde.

Au delà du documentaire musical, Liberation Day est un véritable tour de force et un immense choc culturel. C'est le film d'une rencontre, celle de cultures diamétralement opposées qui usent de diplomatie nécessaire pour travailler ensemble et faire fi des jugements et préjugés, non sans quelques couacs.

La Corée du Nord comme vous ne l'avez jamais vue - et vous ne la verrez probablement plus jamais !

« La plupart des documentaires ou études sur la Corée du Nord concluent que le pays reste toujours enfermé dans sa propre tyrannie. Par toute son absurdité, par toute sa satire controversée, Laibach a établi le contact avec la Corée du Nord et ouvert une brèche dans le mur. De manière grotesque, la reprise façon art-rock 80’s de La Mélodie du Bonheur par Laibach sonne comme un genre de processus de paix, et, comme tout processus de paix, il implique de transcender ses principes. » Peter Bradshaw, Liberation Day review – the hills are alive as North Korea embraces rock'n'roll, The Guardian, 22 novembre 2016.

la et mn capsule liberation day review 20171026

Morten Traavik rock in North Korea. Credits photo : Liberation Day

Liberation Day

Réalisation : Ugis Olte et Morten Traavik
Production : VFS Films (Lettonie), Traavik.info (Norvège)
Langues : anglais, coréen
2016 - 96 min - VOSTFR

0
0
0
s2smodern

Vendredi 12 Octobre

VALNOIR - Liberation Days
Exposition - Vernissage

Où? : Galerie Unpass
Quand? : 18h30 ​en présence de l'artiste
Billetterie :
disponible dans le Pass NSK Rendez-Vous Grenoble ou
sur place pour l'activité seule (adhésion : 10€ à l'entrée)


Laibach Holy Land 1200x718


Le designer graphique Valnoir présente sa nouvelle exposition inédite en France.
Pour l'occasion, il a choisi comme angle d'approche son expérience nord-coréenne. Issue de sa collaboration avec le groupe Laibach et l'équipe de tournage du film Liberation Day, l'exposition s’inscrit dans l'univers insolite du graphiste français le plus incisif de sa génération.

 « Liberation Days » propose un parcours visuel unique en forme de témoignage où travaux promotionnels et photographies personnelles se font écho. Il s’agit, tout d’abord, du récit en images d’une performance inoubliable, celle du concert de Laibach à Pyongyang, construit comme une sorte de « behind the scene » qui devient le témoignage d’un étranger à la rencontre d’un pays et d’un peuple énigmatiques à travers une collection de paysages urbains et de portraits. Valnoir nous livre une vision très personnelle de cette expérience entre compositions monumentales et couleurs incroyablement chatoyantes, intarissable source d’inspiration de son travail graphique.

Designer graphique majeur de la scène underground française, Valnoir est l'artiste derrière de nombreux artwork les plus emblématiques du metal depuis bientôt deux décennies, de Morbid Angel, Ulver, Amorphis ou Orphaned Land à Led Zeppelin pour n’en citer que quelques-uns. Inspiré par l'art nouveau et le constructivisme, les compositions de Valnoir relève d'un véritable travail d'orfèvre où la délicatesse du dessin rencontre la géométrie imposante des grands courants d'avant-garde.


L'exposition fait écho au film Liberation Day projeté au Cinéma Juliet Berto, le samedi 13 octobre, en présence du réalisateur Ugis Olte.

0
0
0
s2smodern

Jeudi 11 Octobre

IRWIN : 35 years

Conférence d'Andrej Savski (IRWIN)

Où? : Ecole Supérieure d'Art et de Design de Grenoble
Quand? : 18h Entrée gratuite - Ouvert à tous
Conférence en anglais traduite en français

Suivie par

IRWIN presents books on NSK State in Time

Vernissage en présence d'Andrej Savski ​
Où? : Galerie Showcase
Quand ? : 20h Exposition en plein air - Ouvert à tous

 

8329894843 04eff811ae b

IRWIN : 35 years, c'est le titre de la conférence proposée par Andrej Savski, membre fondateur du collectif IRWIN et du mouvement NSK. Elle présentera plus de trois décénnies d'histoire collectif plasticien et performeur slovène à travers le monde.
IRWIN presents books on NSK State in Time, installation inédite du collectif IRWIN, spécialement conçue par le collectif pour le NSK Rendez-Vous Grenoble, prendra ensuite place à la Galerie Showcase du 11 octobre au 25 novembre.

IRWIN, fer de lance du renouveau de l'outsider art slovène, est composé de 5 artistes peintres. En 1984, à Ljubljana, ils fondent le mouvement d'avant-garde Neue Slowenische Kunst (NSK) avec le groupe Laibach et la troupe de théâtre Scipion Nasice Sisters Theater. Une revendication de la résistance à l'Etat par l'Art. Les jeunes étudiants multiplient les matériaux de création tels que la peinture, le dessin, la lithographie, la photographie, les artefacts du quotidien pour composer des collages subversifs mêlant icônes de régimes autoritaires, références à l'histoire de l'art, à la tradition rupestre slovène et à la pop culture.

Les formes géométriques issues du constructivisme russe et la croix noire de Malevitch deviennent leurs armes de dénonciation du régime socialiste yougoslave en pleine crise depuis la mort de son dirigeant Tito et la fulgurante montée des nationalismes dans les fédérations yougoslaves. Implanté dans les milieux alternatifs de son pays, IRWIN se taille rapidement une réputation dans l'art contemporain dissident. En 1993, ils représentent leur pays à la Biennale d'Art Contemporain de Venise pour le premier pavillon slovène de l'histoire. En 2017, ils sont les commissaires du premier pavillon du NSK State in Time à cette même Biennale de Venise.

La résistance par l'Art a encore de beaux jours devant elle !!!

0
0
0
s2smodern

Ugis Olte

Ugis Olte

Réalisateur (Lettonie)

Ugis Olte est cinéaste et monteur letton qui aime rester joueur en s’attaquant à des sujets sérieux.

Guidé par un don pour la musique et une croyance selon laquelle les rêves, mythes et contes de fées peuvent raconter n’importe quelle histoire contemporaine, il a réalisé de nombreux films documentaires et télévisuels, vidéos clips musicaux et court-métrages. Liberation Day est son dernier documentaire en date, co-réalisé avec le cinéaste Morten Traavik, après Double Aliens, un road movie à la frontière de la Géorgie et de l’Arménie qui met en lumière les tensions interethniques de la région et s’élève comme un message de paix.

Ugis Olte BD

Ugis Olte sur le tournage de Liberation Day, Pyongyang, Corée du Nord, 2015. Crédits photos : Jørund F. Pedersen

Uģis Olte is a Latvian director and editor who enjoys staying playful when dealing with serious subjects.

Equipped with senses of a musician and a belief that dreams, myths and fairy-tales can be useful tools for telling any contemporary story, he has created numerous original TV formats, music videos, ads and also 3 short fiction films - The Red Spot, KK2678 and King Of The Wild Things. His efforts in documentary genre have resulted in two films - Stuck in Stikine (2007) and Double Aliens (2015).

0
0
0
s2smodern

IRWIN

IRWIN

Andrej Savski

Plasticiens, co-fondateurs du NSK (Slovénie)

IRWIN a été fondé à Ljubljana et évolue au sein du mouvement NSK depuis 1984. Le groupe est composé des peintres DuŠan Mandič, Miran Mohar, Andrej Savski, Roman Uranjek et Borut Vogelnik. Le nom IRWIN est une référence à Marcel Duchamp (Rrose Sélavy) et s’appelait, à l’origine, Rrose IRWIN Sélavy, rapidement raccourci à R IRWIN S.

Dans le travail du groupe, on observe deux approches fondamentales. La première est l’emphase mise sur le travail collectif plutôt que de privilégier l’individualité de l’artiste. Tous les projets sont signés IRWIN; seules les peintures et les petits projets produits après 2004 comportent le nom de son créateur. La deuxième caractéristique importante est le principe de «retrogarde», où l’œuvre devient un collage de citations et d’allusions de sources diverses, comme les symboles du passé, l’iconographie et les idées philosophiques. Le groupe a expliqué cette position paradoxale de la « retro-avant-garde» dans une déclaration officielle The future is the Seed of the Past (Le futur est la graine du passé) en 1987.
 
NSK capital ljubljana
IRWIN, Was ist Kunst. Exposition NSK From Kapital to Capital - An event of the final decade of Yugoslavia ,
MG/MSUM, Ljubljana, 2015. Crédits photo : MG
 
Depuis les années 90, la pratique artistique complexe et provoquante d’IRWIN se caractérise par des parallèles esthétiques et une critique institutionnelle, la création de plateformes de discussion et de dialogue international. Le groupe se concentre sur un examen critique de l’histoire de l’art en pointant l’artificialité des structures historiques dans l’art occidental qui continue jusqu’à ce jour à exclure l’art contemporain des pays de l’Est. Les projets d’IRWIN interviennent dans le cadre d'activités socio-historiographiques et ont aidé à redéfinir le statut de l’art en Europe de l’Est.  Ils ont participé à plusieurs évènements majeurs d'art contemporain : la Biennale de Venise (1993), la Manifesta de Rotterdam (1996) et Gand (2012), After the Wall (Stockholm, 1999), Aspects/Positions (Budapest, 2000)....
Irwin Retroavantgarde for Whitechapel 2001
IRWIN, Retro-avant-garde, 2001.
 
(english)
The internationally acclaimed Irwin group was established in Ljubljana in 1983 by 5 artists: DuŠan Mandič, Miran Mohar, Andrej Savski, Roman Uranjek, and Borut Vogelnik. Along with the music group Laibach, the performance group Scipion Nasice Sisters Theatre (which later evolved into Noordung Cosmokinetic Cabinet) and the design section Novi kolektivizem (NK), the Irwin group is part of the Neue Slowenische Kunst (NSK) movement. The name of the group Irwin comes from a reference to Marcel Duchamp (Rrose Sélavy) and was initially Rrose Irwin Sélavy but was soon shortened to R Irwin S.
In the work of the group, two fundamental approaches may be observed. The first is an emphasis on collective working rather than privileging the individuality of the artist. All the projects are signed Irwin; only for the paintings and smaller projects produced after 2004 is it known which of the members is the creator. The second important characteristic is the so-called retro-principle, whereby works become a collage of quotations and allusions to various sources, such as past symbols, iconography, and philosophical ideas. The group explained the paradoxical position of retro-avant-gardism in an official statement The Future is the Seed of the Past in 1987.
 19 nsk co
IRWIN, Laibach, 1984
 
Since the 1990s, Irwin's complex and provocative art practices have been characterised by parallels between aesthetics and institutional criticism, the creation of discussion platforms and international dialogue. The group has been concentrating on a critical examination of art history by pointing out the artificiality of the historical structures of Western art that continue to this day to exclude contemporary Eastern European art. Irwin's projects intervene in social and historiographical activities and have helped redefine the status of art in Eastern Europe. The project aims to critically (re)construct the history of contemporary art in Eastern Europe (from 1945 on). The project is based on the idea that history is not given but has to be constructed and the fact that the documentation of the contemporary art scene in Eastern Europe has been very poor. . The book East Art Map: Contemporary Art and Eastern Europe, edited by Irwin, was published by Afterall in 2006. (source : Culture.si)

0
0
0
s2smodern

Valnoir

Valnoir

Designer graphique (France)

 

Jean-Emmanuel « Valnoir » Simoulin (1979) a étudié le design graphique durant cinq ans à l’EPSAA de Paris, où il obtint son diplôme en 2004. Particulièrement influencé par le collectif slovène NSK, il se détourne rapidement du design commercial et corporate pour se concentrer sur les scènes musicales extrêmes telles que le noise, l’industriel et le black metal. En 2006, il rédige un manifeste soutenant que le client doit faire entièrement confiance à la démarche artistique d’un designer et qu’il doit en accepter ou rejeter la proposition dans son intégralité, sans autre forme de compromis. Aujourd’hui, son travail oscille entre décors religieux et totalitaires saturés, concepts narratifs violents, minimalisme graphique et expériences impliquant le corps humain dans le processus créatif, comme la sérigraphie d’affiches imprimées à partir de sang humain (2010), la couture de patches à même la peau (2012) ou la fabrication d’encre à base d’ossements moulus (2013).

En 2012, il rejoint le réalisateur Morten Traavik dans le cadre de son programme d’art contemporain en Corée du Nord et collabore en tant que designer sur de nombreux projets avec ce pays. Il designe l’affiche du NSK Rendez-Vous Grenoble. Son studio graphique, Metastazis, est basé à Paris. 

valnoir1

 Extrait de la première monographie du studio Metastazis - Crédits : @Metastazis

dmzacademy9 

Affiche de la DMZ à Pyongyang, Corée du Nord - Crédits : @Metastazis

Valnoir 001 BD

Workshop à la DMZ, Pyongyang, Corée du Nord - Crédits photo : Jørund F. Pedersen

(english)

Jean-Emmanuel "Valnoir" Simoulin (1979) studied graphic design at EPSAA (Paris) for 5 years and graduated in 2004. At first mostly influenced by the Slovenian collective NSK, he withdrew from commercial and corporate design to focus on extreme underground music scenes, such as noise, industrial and black metal. In 2006 he wrote a manifesto stating that the client must trust the designer's artistic stance from A to Z, accept or reject the project in its entirety, without any compromise. Nowadays, his work oscillates between visually overloaded religious/totalitarian decors and violent narrative concepts, between graphic minimalism and experiments involving the human body, such as printing posters with human blood-based ink (2010), sewing patches onto human skin (2012) or making ink out of human bones (2013).

In 2012, he joined the Norwegian director Morten Traavik in his contemporary art program in North Korea, to collaborate, as a designer on various projects in cooperation with this state. His studio, Metastazis, is based in Paris.

 

 

 

0
0
0
s2smodern
Subscribe to this RSS feed